En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant de bénéficier d'une navigation adaptée à vos usages et des données correspondant à vos centres d'intérêt. Ces derniers servent également à réaliser des statistiques de visites.

Aller à : Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Quand le Brésil épouse le Mali pour un merveilleux grain de folie musicale

A curva da cintura / Arnaldo Antunes, textes, chant. ; Edgard Scandurra, guit. ; Toumani Diabate et Sidiki Diabaté, koras... et al.- Maisumdiscos, 2012. 
Ce disque est l’histoire d’un poète-chanteur brésilien du nom d’Arnaldo Antunes sur le point d’enregistrer un album à dimension onirique avec un certain Edgard Scandurra, guitar-hero de Sao Paulo.Les deux complices sont déjà des figures iconoclastes de la MPB (musica popular brasileira), depuis les années 80, oscillant entre rock et avant-gardisme, quand l’envie leur prend de se rendre au festival Back2Black de Rio. Le concept du festival étant de réunir musiciens brésiliens et africains, leur route croise bientôt celle de Toumani Diabaté, ambassadeur tout-terrain de la musique mandingue, célèbre griot virtuose de kora. Coup de foudre triangulaire : le tandem s’offre un voyage au Mali, et accompagné de plusieurs membres de son Symetric Orchestra, Toumani Diabaté va prendre part aux sessions d’enregistrement, y invitant son fils qui finit par se tailler la part du lion avec sa kora équipée d’une pédale wah-wah.
Ainsi est né ce disque mi-brésilien mi-malien, entrelac de sensuelles ballades mélancoliques (Coraçao de mae) et d’échappées rock teigneuses (Um senhor), expérience afro-pop oscillant entre le chant incantatoire du poète et les cordes virtuoses des instrumentistes. Un merveilleux grain de folie.

MUSIQUE DU MONDE : Mali/Brésil

Vidéo YouTube